Blog

06 fév - LES GENS QUITTENT DES PERSONNES ET NON DES ENTREPRISES !

Ce titre est une citation directe de mon mentor en leadership, John C Maxwell. L’année dernière, alors que j’attendais mon épouse, j’ai commencé à parler avec le personnel d’une entreprise locale et l’un d’eux siège sur le conseil d’une école de gymnastique et il se questionnait sur la forte rotation des instructeurs et des membres du conseil.

 

Il m’a dit: « Ce n’était comme ça avant »! Alors que nous révisions les 18 derniers mois d’activités, nous avons réalisé que le revirement de l’organisation a commencé quand une nouvelle présidente du conseil d’administration a été élue. Elle a décidé de montrer à tous « comment faire fonctionner une école de gymnastique » en utilisant un style de leadership « dictatorial ». Pourtant, au lieu d’avoir une école florissante, ils sont constamment en train de perdre des instructeurs et des membres du conseil d’administration. La plupart des personnes du club sont frustrées à l’exception de celle qui « contrôle » et qui semble davantage préoccupée à démontrer son pouvoir que celui de rallier les bénévoles doués autour d’un objectif commun. Ainsi donc, notre conclusion fut que les gens ne quittent pas le club de gymnastique, mais plutôt cette présidente dont le style de leadership est dépassé, peu importe qu’il soit avec des sociétés sans but lucratif ou avec des églises.

Dans son livre « Gold Leadership », John a écrit un chapitre intitulé : « Les gens quittent des personnes et non des entreprises ». Tout compte fait, dans de nombreux cas, ce n’est pas l’organisation, l’entreprise ou l’église que quittent les gens mais un style de leadership. Alors, quels sont les signes d’alerte qui peuvent prévenir l’effondrement de ces organisations ?

1) Les gens quittent les personnes qui dévalorisent les autres. Quand j’étais enfant, ma mère répétait souvent : « Tu n’attrapes pas des mouches avec du vinaigre mais avec du miel ». Vous et moi savons que nous ne gagnons pas le respect des employés ou des bénévoles en les dénigrant ou en étant dictatorial. Cette sorte de leaders utilisent l’autorité de leur position et mettent l’emphase sur les règles, les règlements, les politiques et les organigrammes pour « contrôler » leurs membres. Ils construisent une culture de « subordonnés » et non d’équipe, de sorte qu’ils peuvent en être le « patron », mais non le leader.

Les vrais leaders apprécient les gens qui ont fidèlement servi au développement de l’organisation en leurs fournissant la formation et un environnement sûr pour leur permettre de continuer d’apprendre, de servir et de grandir.

2) Les gens quittent ceux qui sont indignes de confiance.

Une enquête menée par Manchester Consultants indique que la confiance dans le milieu de travail est en déclin. Ils ont découvert que les cinq moyens les plus rapides pour que les dirigeants perdent la confiance de leur personnel sont :

Agir de façon incohérente dans ce qu’ils disent et font;
Rechercher de gain personnel plus que le gain partagé;
Retenir l’information à la source;
Mentir ou dire des demi-vérités;
Avoir l’esprit fermé.
Quelle est la solution? La même enquête a identifié les points suivants comme étant les meilleurs moyens pour construire la confiance:

Maintenir l’intégrité;
Communiquer ouvertement leur vision et les valeurs;
Faire preuve de respect pour leurs collègues en tant que partenaires égaux;
Focaliser sur des objectifs communs plus que sur leurs agendas personnels;
Faire la bonne chose indépendamment du risque personnel.[1]

3) Les gens quittent les leaders non sécures. Certains leaders non sécures essaieront de projeter une image de confiance en soi, c’est pourquoi vous devez apprendre à lire les signes. Selon Maxwell : « Leur désir pour le pouvoir, la position ou la reconnaissance s’exprime par une démonstration flagrante de peur, de suspicion, de méfiance ou de jalousie ».

Les grands leaders que je connais, ceux de « niveau cinq », sont des mentors qui ont gagné le respect et la confiance de toute leur communauté. Leur seul intérêt est de laisser un héritage de leadership, un milieu qui bénéficiera à chacun et contribuera au succès des leaders de tous les niveaux dans l’organisation. C’est avec gratitude et humilité qu’ils investissent dans les autres en développant le plus de leaders possible et se servent de leur influence pour faire une différence positive. Les leaders de niveau cinq sont définitivement de ceux qui donnent non de ceux qui prennent.

À l’opposé, les leaders non sécures essaient de se rendre indispensables. Ils veulent garder le contrôle et imposer leur manière de faire. Ils n’aident pas leurs collègues à atteindre leur plein potentiel parce qu’ils se sentent menacés et effrayés à l’idée que des leaders émergeants deviennent plus efficients qu’eux. En fait, un mode commun à leur comportement est de congédier quelqu’un qui démontre un potentiel exceptionnel et qui pourrait être une menace pour son plan.

Fred Smith fait preuve d’une grande perspicacité en parlant du leader de niveau cinq: « Le leadership est à la fois ce que vous êtes et ce que vous faites. Un mentor n’est pas une personne qui peut faire le travail mieux que ses disciples; c’est quelqu’un qui peut obtenir que ses disciples fassent le travail mieux que lui le peut ». Smith vise juste quand il dit que le leadership n’est pas centré sur soi mais vise la croissance et le développement de leaders.

Ceci dit, n’oublions pas que les gens de qualité quittent des personnes et non des organisations ou des églises. La meilleure description biblique d’un leader de niveau cinq se trouve dans Philippiens 2: 3-4 « N’agissez pas en vue de la satisfaction de vos désirs particuliers. Laissez tomber tout esprit de rivalité. Que ni la vanité, ni le désir de faire bonne impression ne commande vos actions. Que chacun considère son frère (sœur) comme meilleur et plus important que lui-même. Apprenez à reconnaître la supériorité des autres. Ne pensez pas seulement à vos intérêts personnels ou à l’avantage que vous pouvez tirer des autres, désirez au contraire le bien de votre prochain et prenez ses progrès à cœur » (La Parole Vivante). Les gens ne quittent pas ce type de leaders mais gravitent autour d’eux.

Question de mentorat : Pourquoi les gens quittent-ils ou restent-ils dans votre église ou organisation ?

 

Par Pierre Bergeron

avec l'aimable autorisation de l'auteur que vous pouvez retrouver sur www.sisleadership.com

 

[1] John C Maxwell, Leadership Gold: Lessons learned from a lifetime of Leading, Nashville, Thomas Nelson, 2008